Eulophia bouliawongo

 

Voir l'article "ASTUCE DE CULTURE : L'HYDROCULTURE INTEGRALE" en page 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ASTUCE DE CULTURE : L’HYDROCULTURE INTEGRALE

 Eulophia bouliawongo

On entend et on lit partout que l’Orchidée déteste avoir l’ensemble de ses racines en permanence dans l’eau. Faux.

Eulophia bouliawongo vit et prospère dans des milieux semi-aquatiques : bords de marigots, fossés inondés, etc.

J’ai commencé à cultiver cet Eulophia en pleine terre avec des résultats mitigés : la plante dépérissait en saison sèche malgré de fréquents et abondants arrosages.

Fort de ces observations, j’ai essayé une autre méthode : l’hydroculture intégrale.

 

Prendre un récipient pouvant contenir une vingtaine de litres d’eau. Préparer deux baguettes (bois, acier, etc.) d’une longueur légèrement supérieure au diamètre du récipient. Fixer le pseudo-bulbe (rhizome) entre les deux baguettes au moyen d’un lien (fil de fer souple de jardinier, fil de pèche, lien en plastique, etc.). Plonger le tout dans le récipient empli d’eau (de pluie, du robinet décantée un jour à l’air libre), le pseudo-bulbe étant à demi-immergé. Ajouter trois à quatre morceaux de charbon de bois naturel (et pas du commerce qui comprend des produits toxiques facilitant son inflammation). Verser un bouchon d’engrais liquide pour orchidées (ou pour rosier). Compléter régulièrement l’eau évaporée. Changer l’eau tous les huit ou quinze jours, selon les conditions de température locales.

 

J’ai obtenu des plantes fortes et saines de plus de deux mètres de hauteur alors que dans leur milieu naturel elles ne dépassent pas un bon mètre.

Taux de réussite : 100 %

 

 

 


 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×